| Valeurs actuelles

Vaut-il mieux sauver le petit commerce forcé de fermer ses portes en raison de la crise sanitaire ou venir en aide aux réfugiés, demandeurs d’asile ? La CEDH a clairement tranché en faveur des seconds. En fermant les yeux sur les risques induits (financiers, sociaux, et familiaux) alors qu’il existe pourtant des dommages graves et irréparables.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *