My Lovely Planet transforme votre temps de jeu en actions pour l’environnement

Au second semestre 2020, le jeu mobile a enregistré un chiffre d’affaires de 19 milliards de dollars, selon un rapport publié par Sensor Tower, principalement grâce à la publicité et aux achats intégrés. Partant de ce constat, Clément Le Bras, co-fondateur du moteur de recherche Lilo -dont le but est de financer des projets sociaux et environnementaux- y a vu une opportunité à saisir. Pourquoi ne pas créer un jeu mobile dont les revenus pourraient être convertis en actions concrètes pour la préservation de l’environnement ?

Fort de cette idée, l’entrepreneur a décidé de lancer « My Lovely Planet » , un jeu de simulation sur mobile dans lequel toutes les actions virtuelles sont transposées dans le monde réel. Dans cette application, le but est de développer son jardin zen, dans lequel il faut prendre soin de son espace et nettoyer ses déchets, avec une expérience ponctuée de mini-jeux de réflexion ou d’arcade. Le projet affirme que si vous plantez un arbre dans le jeu, la même chose est faite sur Terre, si vous y nettoyez les océans virtuellement, quelqu’un le fera vraiment, grâce à votre activité.

Une partie des revenus pour les associations

Comment ? Gratuit pour ses utilisateurs et utilisatrices, le jeu compte reverser une partie des revenus générés par la publicité dans le jeu à des associations et projets concrets qui agissent sur le terrain. Dans un souci de transparence, My Lovely Planet détaille  son modèle économique dans sa campagne de crowdfunding  : 55% des revenus reviennent à l’entreprise pour développer le projet, 30% correspondent à des frais de plateforme (Google Play et App Store) et 15% du montant est reversé aux associations partenaires.

L’entreprise se donne pour objectif de fédérer, à terme, une communauté de 100 millions de personnes. Pour y parvenir, My Lovely Planet compte notamment sur cette campagne de lancement. En contrepartie de leur participation à la campagne de financement participatif, pas question de polluer en envoyant aux contributeurs un « énième mug ou totebag » , mais le projet fait la promesse de planter un arbre pour chaque nouveau participant grâce à Eden Reforestation Projects, et octroie des goodies et cadeaux virtuels dans le jeu lui-même.

L’objectif de cette campagne, fixé à 15 000 euros, permettrait de développer une première version du jeu mobile. S’ils parviennent à 30 000 euros, les instigateurs du projet ambitionnent de créer une version multijoueurs, et de développer une version internationale s’ils atteignent les 50 000 euros récoltés. De grandes ambitions pour ceux qui font de cette citation de l’artiste Friedensreich Hundertwasser leur crédo : « Lorsqu’un seul homme rêve, ce n’est qu’un rêve, mais si beaucoup d’hommes rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité » .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *