Une panne du CDN Fastly détraque le web mondial

L’accès à de très nombreux sites web partout sur la planète dont ceux de PayPal, du New York Times ou encore du Monde et du gouvernement britannique ont été inaccessibles ce matin pendant près d’une heure. L’origine de l’incident est connue, le fournisseur de CDN Fastly qui assure que le bug est identifié et corrigé.

Et si d’une minute à l’autre le web mondial ne répondait plus ? C’est un peu ce qui s’est produit en fin de matinée ce mardi avec des milliers de sites web indisponibles à cause d’une erreur 503. On ne comptait en effet plus ceux qui étaient inaccessibles : Reddit, Spotify, Twitch, GitHub, gov.uk, PayPal, CNN, The Guardian, The New York Times, BBC, Financial Times ou encore Le Monde et bien d’autres. Alors que l’on aurait pu penser dans un premier temps à une attaque DDoS au niveau mondial – comme cela a pu déjà arriver à maintes reprises par le passé – il apparait qu’un incident technique est à l’origine du problème. En particulier sur un équipement réseau du fournisseur de CDN (content delivery network) américain Fastly.

« Nous étudions actuellement l’impact potentiel sur les performances de nos services CDN », a indiqué en fin de matinée Fastly. Avant d’annoncer une heure plus tard : « Le problème a été identifié et un correctif a été appliqué. Les clients peuvent subir une augmentation de charge avant un retour à la normal de leurs services au niveau mondial ». La firme n’a pas donné plus de précisions techniques sur la cause de l’interruption de service

Solution de contournement et remédiation en question

Les réseaux de diffusion de contenu (CDN) sont un élément clé de l’infrastructure Internet. Ces sociétés (Akamai, Cloudflare, Amazon CloudFront…) exploitent des réseaux mondiaux de serveurs pour améliorer les performances et la disponibilité des services Web. Lorsqu’ils sont touchés, c’est donc l’accès aux sites et services web qui est menacé.

Derrière cette panne, se pose dès lors la question des solutions de contournement prévues à mettre en oeuvre par les sites pour éviter d’être pris au piège en cas d’incident de leur prestataire. Parfois, les incidents vont bien au-delà de l’indisponibilité temporaire, mais peuvent aller comme dans le cas de l’incendie d’OVH, à la destruction de tout ou partie du patrimoine informationnel d’une entreprise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *