Être efficace au travail: “Ce n’est pas un retour à la réalité d’avant la pandémie”

La pandémie nous a forcés à des changements parfois radicaux. Ceux qui ont dû s’adapter au travail à la maison n’avaient pas forcément la préparation pour leur permettre d’aborder paisiblement ce nouveau quotidien. Avec sa formation, Mathilde Einhorn, experte Infopresse, offre des outils pour bien s’organiser et entrevoir les modèles hybrides à venir, peu importe le contexte.

Qu’est-ce que la dernière année a changé selon vous dans l’organisation et la gestion du temps?

MATHILDE EINHORN

FORMATRICE INFOPRESSE

Mathilde Einhorn – Avec la pandémie, beaucoup de gens se sont trouvés très isolés. Le rythme et le contexte du travail ont été bouleversés, notamment à cause du télétravail. Beaucoup de gens ont eu l’impression de perdre leurs repères en perdant leur routine habituelle. Des formations offrant des outils concrets dans la gestion de priorités, l’organisation de son temps disponible, et proposant de nouveaux repères deviennent alors très pertinentes. Elles permettent à chacun de reprendre le contrôle de sa vie, travailler efficacement, et éliminer le stress inutile. Avoir du succès et du plaisir dans ce que l’on fait sont des facteurs importants dans notre bien-être et notre propre mobilisation au travail. Comme je dis à l’occasion, dans « plaisir au travail » il y a le mot travail ! S’organiser pour arriver à bien faire son travail est donc une source de satisfaction et de bien-être importante.

On devrait se concentrer sur les besoins individuels des membres de notre équipe afin de s’assurer que le passage au modèle hybride s’opère le plus aisément possible.

Qu’est-ce que les professionnels cherchent le plus quand il est question d’organisation du temps?

ME. – Selon ce que j’observe, ce sont des outils simples, efficaces et faciles à mettre en place. Car c’est dans l’application et la répétition régulière qu’on arrive à être vraiment efficace à long terme. La répétition nous permet d’adopter de nouveaux réflexes qui deviennent alors des automatismes. Souvent, les gens sont attirés par un outil, une nouvelle application par exemple. Le problème c’est que cette nouveauté attrayante ne répond peut-être pas aux besoins réels et aux objectifs de l’individu. Pour trouver le bon outil, il doit y avoir une démarche préalable qui identifie les objectifs que l’on veut atteindre. Et les objectifs sont souvent les mal-aimés de la gestion du temps, les identifier semble faire peur. Sauf qu’une fois nos objectifs identifiés, on sait ce que l’on doit prioriser et par où commencer. Cela nous permet donc de cibler les outils qui vont alors convenir à nos besoins. L’outil doit répondre à un objectif pour qu’il perdure dans le temps et nous aide vraiment à organiser notre travail et notre quotidien.

Quelle est la chose que les professionnels et les entreprises devraient avoir comme priorité sur leur liste des prochains mois?

ME. – On devrait actuellement se concentrer sur les besoins individuels des membres de notre équipe afin de s’assurer que le retour (ou le passage) au modèle hybride s’opère le plus aisément possible. Cela veut dire, entre autres, outiller chaque personne pour lui permettre de se sentir en contrôle de l’organisation de son temps et de son travail. L’adaptation à ce nouveau contexte de travail en sera plus facile et surtout plus efficace. Quand les humains sentent un certain contrôle sur leur propre situation, ils peuvent plus facilement faire face aux changements. Les stratégies d’organisation visent à éviter la perte de contrôle, le surmenage, la fatigue, la frustration. Cette fois, le retour au travail n’est pas un retour à la réalité d’avant la pandémie, donc les outils nécessaires maintenant ne sont pas forcément ceux qui ont été utiles auparavant. On reprend nos tâches dans une réalité différente, on repart avec du bagage supplémentaire. Si nous voulons profiter ensemble des opportunités de ce nouveau contexte, aidons notre équipe à avoir au moins le contrôle sur la gestion de son propre temps et son organisation du travail. Mieux organisé, plus serein, moins stressé, chacun sera en mesure de contribuer pleinement à cette nouvelle réalité d’équipe.

Comment dire “non” lorsque tout semble urgent et important, afin de livrer ce que l’on attend de nous?

Comment votre formation répond-elle aux questions soulevées par les nouvelles réalités du travail?

ME. – En cette période où la piste d’atterrissage est encore difficile à entrevoir pour les entreprises, je révise sans cesse mes outils et adapte mes contenus aux nouvelles réalités du télétravail et au mode hybride. Toutefois, certains défis quotidiens en gestion des priorités ne changent pas. Par exemple, comment dire non lorsque tout semble urgent et important, afin de livrer ce que l’on attend de nous? Je propose, au travers de plusieurs outils, une approche différente qui devrait aider gestionnaires et employés à atteindre leurs objectifs individuels et communs. La réalité des employés en télétravail m’a bien sûr amené à adapter cette méthode de communication, car malgré les distances, dire non correctement continue d’être un besoin que l’on me mentionne et donc cet outil reste fort utile à tout le monde!

Pour s’inscrire à la formation de deux jours “Travail efficace” de Mathilde Einhorn, cliquez ici!

Découvrez toutes les Formations Infopresse de Mathilde en cliquant ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *